top of page
Notes aléatoires
05/08/2022

Voyage à Bruxelles

 

Chaque auteur, à un moment donné, ne traiterait pas du tout étonnamment le blocage de l'écrivain et le gérerait différemment. Mon chemin est simple, au lieu de m'embrouiller, je laisserais le stylo et le papier et sortirais de la maison pour faire quelque chose de complètement différent.

 

Cette fois, j'ai choisi d'aller faire une visite éclair dans un endroit où le manuscrit que j'écrivais serait brièvement et indirectement lié, mais l'endroit m'a laissé un vague souvenir après deux décennies de visite, donc, trois jours et deux nuits Le voyage à Bruxelles a été rapidement organisé presque dès que l'idée impromptue a émergé, grâce au forfait City Break Eurostar.

 

Bien qu'il y ait tant d'attractions à voir à Bruxelles, mon temps limité a rendu le but clair et les objectifs simples : visiter la Grand Place et le Parlement européen ; et quelques photos de la Commission européenne et de l'OTAN.

 

Le lundi 1er août, j'ai pris un train Eurostar à 8h16 depuis King's Cross, St.Pancras, et je suis arrivé à mon hôtel au centre de Bruxelles vers 11h30 heure locale, trop tôt pour l'enregistrement à 15h. Le personnel amical de la réception m'a suggéré de lui laisser la valise et d'aller faire du tourisme.

 

J'ai accepté avec joie sa suggestion et sur le point de lui donner ma valise, il s'est soudain écrié : "Attendez !" alors que ses yeux regardaient toujours l'écran de son ordinateur : "Votre chambre est disponible maintenant !"

 

J'ai dû avoir un regard perplexe sur mon visage, il m'a regardé avec un hochement de tête affirmatif : "Oui, vous pouvez vous enregistrer maintenant." J'étais ravie : « Wow ! génial!" Il m'a donné la clé : « Chambre 401 ». "Merci!"

J'ai pris l'ascenseur jusqu'à ma chambre. C'était une chambre confortable et propre, l'air frais du climatiseur m'a fait me sentir rafraîchi. J'ai laissé la valise dans la chambre et je suis allé directement à la Grand Place.

 

Sans aucune idée de la direction de la ville, j'ai demandé mon chemin pour y aller, et heureusement, c'est une ligne droite depuis la station de métro Rogier, une station la plus proche à 5 minutes à pied de mon hôtel, jusqu'à la Grand Place, avec des magasins de rue le long du chemin, c'est évidemment une zone touristique. Il m'a fallu une quinzaine de minutes pour y aller à pied.

 

La Grand Place était une place avec un style distinctif de bâtiments architecturaux, elle est considérée comme l'exemple parfait de "mélange éclectique et très réussi de style artistique et architectural qui caractérise la culture et la société de la région" (Réf: UNESCO) L'intégration transparente de l'art , de la nature, de l'architecture et de l'artisanat ingénieux soulignent parfaitement d'une manière merveilleuse sur la façon dont les ecolutions et l'accomplissement qu'une ville commerciale très réussie de l'Europe du Nord à son apogée de l'épanouissement et de la prospérité. Depuis 1998, la Grand-Place de Bruxelles est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO pour sa valeur unique au monde.

Il était environ 12 heures, le soleil d'août de l'Europe du Nord était chaud et doux, si confortable que je me demandais si Bruxelles avait jamais une véritable définition de la canicule en été.

 

J'ai pris quelques photos des bâtiments impressionnants et je me suis promené dans l'office de tourisme de l'autre côté de la place, et j'ai rencontré une fille souriante au bureau d'information, qui répondait patiemment à toutes mes questions curieuses.

 

« À quelle heure la mairie et l'hôtel de ville seront-ils ouverts ? Il est déjà midi. »

"Pas aujourd'hui."

"Oh! Est-ce aujourd'hui un jour férié à Bruxelles ?

"Non, c'est parce qu'aujourd'hui c'est lundi."

"Je ne comprends pas." Le lundi n'est-il pas le début d'une semaine, quand tout rentre dans l'ordre après une pause du week-end ?

"Le lundi n'est pas ouvert, il est toujours fermé le lundi."

J'ai soudainement réalisé quelque chose de vaguement: "Sont-ils ouverts le dimanche?"

"Oui, ils sont."

« Je vois, est-ce que lundi est ton week-end ? »

Elle a souri et a hoché la tête : "Vous pouvez dire cela."

 

Quel grand monde ! Et les modes de vie avaient chacun quelque chose à leur recommander. Il faudrait que je trouve le temps de revenir voir l'intérieur des édifices architecturaux du patrimoine bruxellois. Mais il ne me restait qu'un jour et demi, alors je me suis demandé comment m'inscrire dans le temps.

 

Le lendemain matin, je suis arrivé à la station de métro Rogier vers 8h30, pour visiter le Parlement européen, et prendre des photos de l'Union européenne (Commission) et de l'OTAN. Avec l'aide de l'hospitalité d'un navetteur local que j'avais rencontré lorsque j'essayais d'acheter un billet, qui a non seulement utilisé sa carte bancaire pour obtenir un billet d'une journée à 8 euros pour moi, car il n'a pas pris d'argent , et je lui ai donné de l'argent à la place, mais j'ai également tracé la ligne et marqué où descendre sur la carte et m'a accompagné deux étages jusqu'à la plate-forme de droite avant de me dire au revoir.

 

Sachant que le Parlement européen avait donné l'opportunité aux visiteurs, la Commission européenne et l'OTAN n'étaient pas ouvertes au public. J'ai donc pris quelques photos hors de l'Union européenne en me rendant au Parlement européen. Le grand bâtiment était au centre de la ville d'une avenue animée, en face d'une station de métro, à l'exception d'un air d'aplomb, ne rechignait pas du tout à être photographié, et aucun des passants de la foule n'a jeté un second regard sur la prise de photos, évidemment c'est un spectacle courant là-bas.

 

J'ai ensuite continué à marcher pendant une dizaine de minutes et suis arrivé au Parlement européen pour faire une véritable visite à l'intérieur. Il y avait trois bâtiments à visiter, et les sièges des bâtiments étaient entourés d'arbres et faisaient face à un petit parc. Les rayons du soleil d'août traversaient les arbres, mettant en valeur les grands bâtiments et la verdure.

 

Les visiteurs, en groupe ou individuels, avaient tous des guides bien préparés avec des écouteurs et expliqués oralement dans différentes langues et en télécommande, le commentaire pertinent suivrait le rythme du visiteur en fonction de l'étage auquel vous vous trouviez, une fois le casque mis, les visiteurs n'avait rien à faire. J'ai visité le Parlement européen ; Parlementarium ; et L'Hémicycle, de son passé, de son présent et comment et où il a fonctionné pendant moins de trois heures !

 

Je me suis ensuite dirigé vers l'OTAN, où il était situé dans la périphérie beaucoup plus dégagée de Bruxelles, et à côté de rien, pas d'autres bâtiments, pas de rues, mais plusieurs gardes en uniforme regardant les espaces luxueux qui manquaient totalement à la ville, et le lignes de bus et de tramway. De l'autre côté du vaste espace, à quelques mètres sur la gauche, les gros mots au sommet d'un immeuble « Orange » derrière les arbres luxuriants étaient clairement visibles.

Sachant que l'OTAN n'était pas, ou ne serait jamais, ouverte au public, j'ai pris quelques photos au loin pendant que mon bus passait, principalement pour les drapeaux des membres qui flottaient au vent et le fameux énorme bâtiment derrière. J'ai cliqué sur la dernière photo en me rendant à l'arrêt de bus d'en face où j'attendrais que le bus revienne en ville, et cela a conduit un garde en uniforme noir à marcher vers la porte et m'a fait signe : "Pas de photos s'il vous plaît !" J'ai continué à marcher à travers les lignes de tram et vers lui pendant qu'il marchait vers moi, et nous nous sommes arrêtés face à face pendant qu'il disait avec empressement : « S'il vous plaît ! il est impossible pour quiconque d'entrer à l'intérieur… » Il avait l'air d'un francophone et parler anglais lui donnait l'air trop concentré dans ses paroles.

 

En regardant son visage sérieux, je n'ai pas pu m'empêcher de rire : "Non, je n'ai pas l'intention d'entrer, bien sûr que non !"

"Oh! bon, tu sais, ce n'est pas possible..."

"Je sais! Je viens vous demander votre chemin. Je veux retourner en ville et je ne sais pas quel arrêt de bus je dois attendre, il y a plus de deux arrêts de ce côté, mélangés avec des arrêts de tram, je ne sais pas lequel est lequel.

 

Il s'est tourné vers les deux autres gardes qui s'approchaient de nous, et ils ont échangé quelques mots en français, et il s'est retourné vers moi l'air perplexe, m'a dit en s'excusant : « Désolé, on ne prend jamais de bus ni de tram, on ne sait pas. Vous demandez peut-être aux personnes qui attendent à l'arrêt. Oh! Personne n'est là."

J'ai hoché la tête: "Personne là-bas en effet!" J'ai vu deux autres officiers en uniformes bleus différents avec des chapeaux de la même couleur debout en train de discuter à quelques pas du côté droit, et j'ai dit au garde en uniforme noir : "Merci, je vais leur demander."

"D'accord bonne chance." Il se tourna et entra à l'intérieur de la porte.

 

"Excusez-moi Monsieur, savez-vous quel arrêt de bus pour retourner en ville?"

Ils m'ont regardé avec surprise, comme s'ils entendaient une question venant de l'espace, puis se sont tournés l'un vers l'autre avec émerveillement et se sont retournés vers moi avec un haussement d'épaules : "Désolé, nous ne savons pas."

"Oh! Cher! Qu'est-ce que je suis supposé faire?"

"Ne vous inquiétez pas, vous pouvez vous rendre dans un bus qui vient par ici et demander au chauffeur, il doit savoir."

 

Maintenant que je suis de retour à Londres, les scènes de la visite aérienne ont traversé le temps, et l'organisation militaire fortement ancrée de manière amicale et la vue du garde dans la porte ouverte de l'OTAN qui était en alerte avec beaucoup de bonhomie une fois la vigilance levée est encore présente dans mon esprit.

bottom of page